12etapeset12traditions

          Les Douze Étapes décrivent le Programme de Rétablissement utilisé par les Cocaïnomanes anonymes.

  1. Nous avons admis que nous étions impuissants devant la cocaïne et toutes les autres substances qui altèrent le comportement - que nous avions perdu la maîtrise de nos vies.
  2. Nous en sommes venus à croire qu'une Puissance supérieure à nous-mêmes pouvait nous rendre la raison.
  3. Nous avons décidé de confier notre volonté et nos vies aux soins de Dieu tel que nous Le concevions.
  4. Nous avons courageusement procédé à un inventaire moral, minutieux de nous-mêmes.
  5. Nous avons avoué à Dieu, à nous-mêmes et à un autre être humain la nature exacte de nos torts.
  6. Nous avons pleinement consenti à ce que Dieu élimine tous ces défauts de caractère.
  7. Nous Lui avons humblement demandé de faire disparaître nos déficiences.
  8. Nous avons dressé une liste de toutes les personnes que nous avions lésées et consenti à leur faire amende honorable.
  9. Nous avons réparé nos torts directement envers ces personnes partout où c'était possible, sauf lorsqu'en ce faisant, nous pouvions leur nuire ou faire tort à d'autres.
  10. Nous avons poursuivi notre inventaire personnel et promptement admis nos torts dès que nous nous en sommes aperçus.
  11. Nous avons cherché par la prière et la méditation à améliorer notre contact conscient avec Dieu, tel que nous Le concevions, Lui demandant seulement de connaître Sa volonté à notre égard et de nous donner la force de l'exécuter.
  12. Ayant connu un réveil spirituel comme résultat de ces Étapes, nous avons alors essayé de transmettre ce message à d'autres cocaïnomanes et de mettre en pratique ces principes dans tous les domaines de notre vie.

          Les Douze Traditions constituent les lignes de conduite organisationnelles selon lesquelles les groupes autonomes des C.A. fonctionnent.

  1. Notre bien-être commun devrait venir en premier lieu ; le rétablissement personnel dépend de l'unité des C.A.
  2. Dans la poursuite de notre objectif commun, il n'existe qu'une seule autorité ultime - un Dieu d'amour tel qu'Il peut se manifester dans notre conscience de groupe. Nos chefs ne sont que des serviteurs de confiance, ils ne gouvernent pas.
  3. La seule condition pour être membre des C.A. est le désir d'arrêter l'usage de la cocaïne et de toutes les autres substances qui altèrent le comportement.
  4. Chaque groupe devrait être autonome, sauf sur les points qui touchent d'autres groupes ou l'ensemble du Mouvement.
  5. Chaque groupe n'a qu'un objectif primordial - transmettre son message au cocaïnomane qui souffre encore.
  6. Un groupe ne devrait jamais endosser ou financer d'autres organismes, qu'ils soient apparentés ou étrangers aux C.A., ni leur prêter le nom des Cocaïnomanes anonymes, de peur que les soucis d'argent, de propriété ou de prestige ne nous distraient de notre objectif premier.
  7. Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l'extérieur.
  8. Le Mouvement des Cocaïnomanes anonymes devrait toujours demeurer non professionnel, mais nos centres de service peuvent engager des employés qualifiés.
  9. Comme Mouvement, les Cocaïnomanes anonymes ne devraient jamais avoir de structure formelle, mais nous pouvons constituer des conseils ou des comités de service directement responsables envers ceux qu'ils servent.
  10. Le mouvement des Cocaïnomanes anonymes n'exprime aucune opinion sur des sujets étrangers ; le nom des C.A. ne devrait donc jamais être mêlé à des controverses publiques.
  11. La politique de nos relations publiques est basée sur l'attrait plutôt que sur la réclame ; nous devons toujours garder l'anonymat personnel dans la presse écrite et parlée de même qu'au cinéma et à la télévision.
  12. L'anonymat est la base spirituelle de toutes nos traditions et nous rappelle sans cesse de placer les principes au-dessus des personnalités.