12etapeset12traditions

PREMIÈRE ÉTAPE : Nous avons admis que nous étions impuissants devant la cocaïne et toutes les autres substances qui altèrent le comportement - que nous avions perdu la maîtrise de nos vies.

Qu'entend-on précisément par « et toutes les autres substances qui altèrent le comportement »? J'ai choisi de venir chez les Cocaïnomanes anonymes parce que j'avais un problème de cocaïne.

Ceux d'entre nous qui sont membres des Cocaïnomanes anonymes depuis quelque temps entendent souvent cette phrase chez les nouveaux. Si vous continuez votre lecture, nous vous dirons comment nous avons appris que notre véritable problème ne se limitait pas à la cocaïne ou à une drogue en particulier ; nous souffrons de la maladie de la dépendance.

Il y en a parmi nous qui n'ont jamais consommé de cocaïne. Ils se sont retrouvés en difficulté à cause d'autres drogues. Ou encore, c'est un mélange de cocaïne, d'alcool, de marijuana, ou d'héroïne qui a gâché notre vie. Le Mouvement considère que la Première Étape des Cocaïnomanes anonymes est globale parce que nous accueillons tous les toxicomanes qui désirent arrêter de consommer.

Quand nous consommions, nous voyagions sur les montagnes russes de la drogue. Il y avait les drogues qui nous calmaient, celles qui nous stimulaient et d'autres qui nous procuraient une douce ivresse. En cours de rétablissement, nous avons découvert, souvent à nos dépens par une rechute, que nous ne pouvions contrôler notre consommation d'aucune substance qui altère le comportement. Tant que notre corps n'était pas libéré de toute trace de drogue, l'obsession de consommer était là. Inévitablement, nous retournions à notre drogue de choix ou à un vieux mélange chimique que nous aimions bien. Peu importe la drogue, le problème de ne pouvoir nous arrêter revenait de plus belle, souvent encore plus fort.

Voici un exemple : imaginez que vous venez tout juste de terminer votre réserve de cocaïne et que vous ne pouvez plus vous en procurer. Quelle drogue consommeriez-vous à la place ? L'alcool ? Les amphétamines ? L'héroïne ? Nous pourrions étirer cette liste jusqu'à demain. Votre choix d'un substitut pour la cocaïne n'a aucune importance. La vérité est que vous seriez de nouveau incapable d'arrêter de consommer et que vous vous inquiéteriez de manquer de votre drogue de remplacement.

L'ALCOOL

L'alcool est une substance chimique liquide qui altère le comportement. Bien des gens ne comprennent pas qu'il puisse créer une dépendance tout autant que la cocaïne, la marijuana, les analgésiques ou les calmants. Un verre ne suffit pas, pas plus qu'une dose, une injection, une pilule ou une ligne. Nous sommes passés maîtres dans l'art de combiner et de substituer un produit à un autre pour obtenir l'effet désiré. Plusieurs d'entre nous n'ont jamais pensé que l'alcool pouvait faire partie de notre problème. Il reste que si on élimine la drogue de choix et qu'on la remplace par une autre, celle-ci devient éventuellement elle aussi un problème.

LES ANALGÉSIQUES

Notre corps et notre cerveau ne font pas la différence entre les drogues que nous prenons pour soulager la douleur et celles que nous prenons par plaisir. Il serait sage d'informer vos médecins, de votre dentiste à votre orthopédiste, de votre psychiatre à votre médecin de famille, que vous êtes un toxicomane en rétablissement! Ils le savent peut-être déjà, particulièrement si vous avez fait une consommation abusive de médicaments sur ordonnance. Nous vous suggérons d'informer votre médecin traitant parce qu'il devrait en tenir compte avant de vous prescrire des médicaments qui pourraient menacer votre rétablissement.

Il arrive, en cas de douleur physique, que le recours à des analgésiques soit nécessaire. Ne restez pas seul avec votre pire ennemi. Nous sommes des gens qui aiment - beaucoup - les drogues ! La drogue vous fera signe et, avant de vous en rendre compte vous sentirez qu'il vous en faut plus souvent que la dose prescrite. D'autres toxicomanes en rétablissement avec qui parler, un médecin traitant bien informé et quelqu'un d'autre que vous pour administrer le médicament approprié sont autant de moyens de prévenir l'abus.

LES TRANQUILLISANTS, LES ANTIDÉPRESSEURS ET LES AUTRES MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE

En devenant abstinents, nous commençons à ressentir des émotions que nous avions refoulées tout au fond de nous-mêmes. Il arrive que ces émotions remontent toutes en même temps. Si vous devez alors prendre des calmants, des antidépresseurs ou d'autres médicaments sur ordonnance, il serait sage de suivre les conseils d'un médecin qui sait que vous êtes un toxicomane en rétablissement.

L'interruption subite de ces traitements peut être dangereuse ou même fatale si elle n'est pas faite sur les conseils d'un médecin bien informé.

LES MÉDICAMENTS VENDUS SANS ORDONNANCE ET AUTRES MÉDICAMENTS EN VENTE LIBRE

Les médicaments vendus sans ordonnance et les médicaments en vente libre, tels les sirops contre la toux qui contiennent de l'alcool et/ou de la codéine, les pilules amaigrissantes qui agissent comme des amphétamines, les antihistaminiques qui causent la somnolence et dont on peut abuser pour dormir, peuvent causer autant de dépendance que les drogues de rue. Nous vous suggérons de lire les étiquettes. Il y a beaucoup d'autres produits sur le marché qui contiennent des substances qui altèrent le comportement et qui peuvent être dangereux pour un toxicomane susceptible d'abuser de n'importe quoi.

En résumé, nous vous suggérons de parler à votre médecin ou à votre pharmacien si vous ne trouvez pas de réponses à vos questions. Soyez honnête avec votre parrain/marraine et dites-lui quels médicaments vous prenez ou qui vous ont été prescrits. Des toxicomanes non informés sont des dangers pour eux-mêmes.

Lorsque vous sentirez que vous n'avez plus besoin de drogues pour vous stimuler, vous calmer, ou simplement vous maintenir, vous vivrez une des nombreuses joies et libertés du rétablissement. Vous aurez cessé de consommer et commencé à vivre.

Publication approuvée par la Conférence des Services Mondiaux des Cocaïnomanes anonymes. Copyright © 2003 Cocaine Anonymous World Services, Inc. Tous droits réservés.